Danse du Dragon

 

 

L'histoire de la danse

 

Selon la légende de Nian, une étrange bête féroce se dissimulait dans les montagnes. À la fin de chaque année, le monstre hantait les campagnes pour dévorer animaux et habitants. Il avait toutefois peur de la lumière et du bruit. À chaque Nouvel An chinois, les villageois font éclater des pétards pour dissuader la bête de sortir de sa cachette et accrochent des lanternes allumées partout dans le village. Une autre tradition indissociable lors du Nouvel An est la danse du dragon. 

 

Originaire des Han de Chine , la pratique a été empruntée par plusieurs ethnies à travers le pays. Également appelée «Danse avec la Lanterne-Dragon en mains», la danse du Dragon est l’une des activités folkloriques spécifiques de Chine. Lors de la dynastie Han (206 av. J.C à 220 ap. J.C), plusieurs différentes formes de la danse du dragon ont été créées. La danse de la pluie lors des sécheresses employait parfois l’utilisation de figurines de dragons car on associait ces derniers à la pluie. Le dragon Yinglong était vénéré tel un Dieu, et le dragon Shenlong pouvait déterminer combien de pluie et de vent apporter au peuple. Dépendant du temps de l’année, le nombre de figurines de dragons dans cette pratique, leur longueur et leur couleur ainsi que le nombre de danseurs variaient. Une autre forme populaire de divertissement pendant la dynastie Han était le « bai xi », des spectacles où des mimes se déguisaient en créatures tels des bêtes, des poissons et des dragons. Auparavant, ils utilisaient davantage des figurines de dragons faits de pierre contrairement à aujourd’hui où le costume du dragon est très léger et facilement manipulé. 

 

D’autres danses du dragon firent leur apparition lors des dynasties Song et Tang. Des “lanternes” de dragons utilisés lors de la Fête des Lanternes étaient conçues à partir d’herbe et de tissus à l’intérieur desquels se trouvaient de nombreuses lumières. Les lanternes étaient transportées par des artistes dans les rues la nuit: on dit que la danse dragon moderne provient de cette tradition. Le nombre de personnes et la taille du costume du dragon varie selon les régions de la Chine. De nos jours, on compte plus de 700 différents types de danses du Dragon à travers le pays. 

Les mouvements

 

Lors d’une danse du dragon, une personne tient un objet ressemblant à une perle en courant face au dragon, puis le dragon entier le suit. Les artistes ont besoin d’être forts, habiles et endurants: c’est pour ça qu’ils sont généralement des pratiquants d’arts martiaux.

 

Les figures acrobatiques prédominent lors de la danse pour mimer les contorsions antiques du dragon. Il nécessite des sauts acrobatiques pour donner des images d’ondulations et des mouvements de rotations d’une créature aussi gigantesque. Le faux dragon est maintenu sur des pôles qui peuvent être élevés, rabaissés et balancés comme il le faudra lors de la performance. Il faut connaître la combination correcte et être ponctuel avec les mouvements car chaque danseur s’occupe d’une partie différente d’un même corps. Pour avoir du succès dans cette danse, la tête du Dragon doit coordonner avec le mouvement du corps et avec le roulement du tambour. L’équipe d’artistes peut même sauter par-dessus ou à travers le corps du faux dragon pour ajouter à l’élément visuel de la danse. C’est une danse de coopération : le porteur de la balle est le « commandant » et dirige le faux-dragon, le porteur de la tête est l’âme du lampion et donc ses actions influencent tout le dragon et le porteur de la queue ne peut pas voir les mouvements des autres mais doit se préparer à faire des roulades , des sautillements, etc. 

 

 

 

La symbolique

 

Le dragon symbolise la dignité, la sagesse et le pouvoir

dans la société chinoise. Le dragon chinois, malgré son

extérieur intimidant, représente une force bienfaisante pour

tous, qui ne souhaite rien de plus que d’apporter la prospérité

à ceux qui l’entoure. 

 

 

 

Le costume

 

Le faux-dragon est traditionnellement fabriqué de fines

lamelles de bambou qui constituent la tête, le corps et la

queue. La soie fine et transparente est colle aux lamelles, et

enfin les palpes, les écailles et les pattes sont peintes sur la soie. Les lanternes-dragons les plus courts sont en trois parties et les plus longues en ont plus de dix. Une poignée est installée sous chaque partie de la lanterne-dragon pour que les danseurs puissent la tenir. Le dragon peut atteindre une longueur de 35 mètres pour les danses plus acrobatiques mais jusqu’à 70 mètres pour les parades et les cérémonies. En général, le vert est la couleur principale car elle symbolise une merveilleuse récolte. Le jaune symbolise l’empire, l’argent et l’or la prospérité, le rouge la festivité.