Lambada

L'histoire de la danse 

 

À l'origine de la lambada, la chanson "Llorando se fue" a été composée en 1981 par Ulises Hermosa, membre du groupe de musique bolivien Los Kjarkas. La chanteuse brésilienne Marcia Ferreira adapta cette dernière en 1983 en la nommant "Chorando se foy". En 1989, le français Olivier Lamote rammène la chanson en France puis lui donnera le nom de "Lambada". Le succès mondial de cette danse d'été fut choquant: elle s'est fait connaître mondialement dans l'espace de quelques semaines. 

 

Lors de la colonisation portugaise du Brésil, une danse interdite du nom de Carimbo était commune dans la partie nord du pays. Le carimbo était une danse très sensuelle et fluide impliquant des pirouettes en grand nombre venant de la danseuse féminine (portant une jupe ample). La musique était crée par le rythme des tambours faits des troncs de bois et émincis par le feu. Après un bout de temps, une station de radio locale de la capitale de Para, Belém, commença à appeller cette danse les rythmes de lambada. Le mot « lambada » était tres attrayant puis on considérait ce dernier comme le renouvellement d'un vieux style de danse. Lambada signifie «coup» ou «forte gifle» en portuguais. Cependant, en tant que danse, l'étymologie demeure peu claire. Il pourrait y avoir une référence aux motions de vagues d'un fouet. Ce mouvement est reproduit par les corps des danseurs et c'est ce qui distingue le lambada des autres danses latines. 

 

Aux alentours de 1983, la danse monte en popularité puis depuis elle se danse en couple, dans un style de 2-temps, semblable au Merengue. 

Les mouvements 

 

La danse s'associe à un contact très rapproché entre l'homme et la femme depuis la prise de popularité de 1983. Cependant, ce n'était pas le cas dans la danse carimbo originelle brésilienne. Le pas de base est semblable à celui de la salsa en version rapprochée, mais c'est la jambe droite du danseur qui avance en premier lieu puis la jambe gauche recule par la suite. Ensemble, les danseurs avancent et reculent tout en tournant et en ondulant leurs hanches puis en maintenant un contact très fort au niveau des cuisses. Suivant le rythme de la chanson, c'est la motion de vagues et les pirouettes qui rendent la danse très agréable à regarder. 

 

 

 

La symbolique

 

Semant la controverse, la danse a d'abord été qualifiée d'obscène par les générations âgées du Brésil. Avec le temps, la lambada a marqué le début des danses de couple acceptées par la morale populaire: danse sensuelle, voire sexuelle, elle est un plaisir à danser et à voir être dansée car c'est une expression de la passion qui se trouve entre deux individus. C'est une danse qui est semblable en intensité au tango argentin, mais la légereté des mouvements fait en sorte qu'elle conserve une humeur très optimiste et enthousiaste. C'est une expression de passion joyeuse qui reflète l'esprit positif et la joie-de-vivre de la population brésilienne. De nos jours, c'est le Brésil qui associe des parties de sa culture à cette danse.  

 

 

Le costume

 

Une danse de récréation, il n'y a pas de costume obligatoire à porter lorsqu'on danse la Lambada. L'homme peut être vêti comme il le souhaite pourvu de pouvoir bien bouger ses hanches et créer des vagues avec son corps. S'il n'a pas une liberté de mouvement lorsqu'il danse, il devrait changer ses habits pour ne pas y nuire. 

 

Quant à la femme, elle doit porter une jupe pas serrée car celle-ci viendra accentuer les pirouettes et intensifier ces dernières. La jupe est typiquement très courte: la femme, en générale, porte un minimum d'habits lorsqu'elle danse la lambada. C'est une danse qui n'est pas stricte sous aucune point de vue; costume ou mouvements. Tout est très spontané et libre au danseur.