Schuhplattler

L'histoire de la danse

 

Le schuhplatter est une danse pratiquée traditionnellement en Autriche et en Haute-Bavière. En 1050, un moine décrit dans le Ruodlieb (un ancien document) une danse aux mouvements semblables à ceux du schuhplattler. Originalement, la danse consistait d'un danseur qui mettait un autre à l'épreuve en terme de figures acrobatiques dans le but d'attirer une femme. Il tourne sur lui-même en tapant des mains. Les vallées de Salzach et de Drave seraient le lieu d'origine de la danse, entre Bad Tölz et Ruhpolding. Une théorie controversée dit que les pas s'inspirent de l'observation du Grand Tétras lors de sa parade amoureuse: le mâle fait une roue avec sa queue puis utilise ses ailes pour frapper le sol dans le but d'impressionner la femelle. 

Le schuhplattler est une danse de couple, libre et sans règles.  La première méthode concrète de la danse est écrite en 1824 par la famille Rainer et les clubs de danse folkoriques sont créés en Bavière dans les années 1880. Aux débuts du 20e siècle, l'image du danseur du schuhplattler apparaît dans la publicité. Vers les années 1950, la danse est présentée aux touristes et monte en popularité. Au départ juste des garçons effectuant la danse, il y a maintenant de nombreux groupes qui acceptent les filles et donnent un style moderne à cette danse traditionnelle en y mélangeant de la musique actuelle et des mouvements contemporains. Les différentes inteprétations sont toutes présentées lors des festivals, des émissions de télévisions et d'autres événements mettant en valeur la culture autrichienne. Les touristes en visite ont une grande appréciation pour la danse et sont même encouragés à participer à la fin du spectacle.

 

Les mouvements 

 

Le schuchplattler est une danse qui se fait en couple, mais la forme est libre: il n'y a pas de règles. Il suffit d'avoir une mesure à trois temps, lors de laquelle le danseur danse et fait une série de sauts et de sautillements en suivant le rythme de la musique. Par la suite, il se frappe sur les jambes puis les genoux et les pieds et tape ses mains et ses pieds. Il poursuit et finit par une danse en rond. «Plattler» signifie tapper des pieds et pousser des sifflements aigus.

 

 

La symbolique

 

La danse rappelle la culture et la tradition de la région Bavaroise de l'Allemagne. Cette danse a été préservée à travers le temps pour pouvoir conserver la beauté culturelle et l'histoire du pays. Les clubs de danses folkloriques «Vereine» servent justement à attirer les touristes puis à inciter les habitants à participer dans la préservation du schuhplattler. C'est une danse qui sert d'expression culturelle, il n'y a pas vraiment d'aspect personnel à son effet. 

 

 

Le costume

 

Pour rappeller la culture traditionnelle allemande, les danseurs (souvent des jeunes garçons et filles) portent des vêtements traditionnels Tracht. Donc, on peut voir les hommes et les garçons vêtis de Lederhosen (des shorts en cuir attachés à des bretelles) et une chemise blanche, ainsi que des vestes en laine et un chapeau orné de quelques plumes. Aux pieds, ils portent des souliers classiques noirs. Ils portent également des demi-chaussettes cousus à la main. Les femmes et les filles portent des robes aux manches et la jupe bouffantes et par-dessus un tablier. Les cheveux sont attachés en tresses ou en chignon. Elles portent des souliers noirs et des collants blancs cousus à la main.